1/23/2013

Les petits bonnets…


… sont enfin prêts à partir pour l’hôpital. Bon, il y a un moment que les bonnets sont prêts, mais la lettre ne l’était pas. 


Que voulez-vous, trouver le temps d’écrire quelques lignes relève parfois du sport extrême, en particulier à cause de ma tendance à me dire que je peux bien faire quelques rangs/ronds de tricot avant de me mettre à la tâche et à me réveiller quelques heures minutes plus tard par Monstre#3 qui meure de faim… ou qui déborde. Passons...

Certes, un bébé c’est très demandant et ça ne laisse pas beaucoup de temps pour autre chose. Ceci est exponentiel lorsqu’il y a d’autres jeunes enfants dans la maisonnée. Par contre, Monstre#3 est loin d’être un bébé dur à vivre… surtout lorsque l’on compare l’expérience qu’elle nous fait vivre avec ce que nous avons vécu avec sa grande sœur, Monstre#2.

En effet, Monstre#3 boit, dort, expulse le trop plein par ses divers orifices et répète ces étapes avec quelques périodes durant lesquelles elle sait très bien nous indiquer qu’elle a envie de se faire bercer avec un petit tapotement des foufounes. Il n’y a pas de grandes interrogations face à une larve hurlante mauve de rage qui est au sec et qui refuse de boire parce qu’elle n’a pas faim non plus. Il n’y a pas non plus de crise à n’en plus finir parce qu’elle est déposée dans son lit ou parce qu'elle se retrouve dans les bras de quelqu'un d'autre que moi. Je vous arrête là, ce n’est pas l’expérience qui fait toute la différence. Monstre#3 est simplement bébé normal.

Monstre#2 était un bébé intense et maintenant c’est une enfant intense aussi. La différence c’est qu’elle utilise de plus en plus « ses mots » pour signifier ses besoins et ses trop nombreuses insatisfactions! Je peux facilement dire que nous avons eu Monstre#2 pour nous prouver que nous étions capables de passer au travers d’une telle épreuve, puis nous avons eu Monstre#3 parce que, franchement, il ne faudrait pas pousser le bouchon hein!

Monstre#3 n’a qu’une quarantaine de jours et nous pouvons déjà dire avec certitude qu’autant les deux sœurs se ressembles physiquement, autant elles auront des caractères distincts. Attention, je ne veux pas dire ici que Monstre#3 aura un caractère moins fort que celui de Monstre#2 parce que si on considère l’hérédité, il n’y a vraiment aucune chance! Il demeure que c’est une expérience particulière que d’apprendre à connaître chacun de ses enfants et de réaliser à quel point les mêmes parents peuvent produire des rejetons différents!

Dans un autre ordre d’idées, j’achève le chandail de Monstre#1.

Un dernier essayage pour être bien certaine de la longueur puis je passerai enfin aux manches. Comme je ne veux pas lui faire une robe, j’ai mis le chandail de côté en attendant qu’il vienne pour l’essayage du chandail dîner et j’ai commencé le petit projet pour PapaMonstre. Une belle petite diversion, surtout considérant à quel point le fil est plus doux que celui du chandail de Monstre#1! 


Je vois déjà d’ici les plaintes faites à la DPJ à parce que sa vilaine (Belle)MamanMonstre lui tricote un chandail avec de la broche barbelée, mais c’est lui-même qui a choisi le fil et il l’a suffisamment tripoté/touché avant de conclure que c’était parfait pour lui. Même PapaMonstre a approuvé le fil en question! 

Alors vous vous en prendrez à eux.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire