2/06/2012

Sagesse d'enfant quand tu nous tiens

C'est fou comment des fois les enfants nous "scient la banane" (j'ai toujours aimé cette expression de Jean-Pierre Coallier) par la candeur de leur propos. Hier soir, j'ai surpris Monstre#1 en grande conversation avec ses toutous. Il a 6 ans, il a le droit. Il disait à sa couverture surnommée "cadeau" comment il l'aimait. Elle n'était pas juste extraordinaire, elle était aussi comme les autres. Elle était spéciale parceque c'était sa couverture et parce qu'elle portait un nom comme un toutou, mais aussi elle était une couverture comme les autres.

Ça m'a fait prendre conscience d'une chose. Notre petit monstre arrive à l'âge où il veut être comme les autres. Il ne veut plus seulement être le plus beau, intelligent et super petit garçon du monde comme il l'est à nos yeux de parents, il veut être comme les autres. Je suppose que c'est une étape de la vie. Ça fait presque 6 mois qu'il a commencé l'école. Des moments pas nécessairement faciles. Puis maintenant il veut appartenir à la masse, être comme tous ses amis.

Je suppose que la nécessité de la vie en société nous amène tous là. Mais je m'interroge sur les bienfaits absolus de ceci. N'y-a-t-il pas un risque qu'il y ait effet de la haie de cèdres. Que le potentiel de quelqu'un ne se développe pas totalement à cause de son désir de ne pas sortir du lot. Bof, laissons la vie suivre son cours. Laissons nos enfants se développer et être heureux. Je me rends compte qu'en tant que parents d'enfants d'age scolaire nous devenons un peu plus spectateurs de l'évolution de nos enfants et de moins en moins les acteurs principaux.

Bonne soirée à vous chers lecteurs.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire