12/14/2011

Les tricoteuses expérimentées ne sont pas à l'abri de faire des erreurs...

elles produisent plutôt de plus grandes erreurs et ce, plus rapidement!

C'est une pensée que je me souviens avoir lu sur le blog de Stephanie Pearl-McPhee, aka the Yarn Harlot. J'avais trouvé cela plein de bon sens et c'est justement cette pensée qui m'est revenue en tête il y a quelques heures lorsque j'ai du rattrapé une ratée monumentale.

Le cas qui m’a mené à cette conclusion c’est, biensur, mon dernier tricot. Une simple petite robe qui aurait été terminée hier midi si je ne m’étais pas rendue compte que le haut du corps était beaucoup trop petit pour que Monstre#2 puisse réellement la porter. Le plus triste c’est de m’en être rendue compte lorsqu’il me restait environ une dizaine de centimètres à faire avant d’avoir terminé! En même temps c’est mieux comme ça parce que le tricot n’était pas complètement fermé et j’ai donc pu défaire et éviter de devoir jeter aux poubelles le fruit de tant d’efforts.


Je suppose que j’ai ce que je mérite pour m’entêter à tricoter alors que je tousse comme si j’avais fumé 15 paquets par jours pendant toute ma vie (je n’ai jamais fumé, mais peut-être que c’est un mauvais exemple… je ne suis pas certaine que je tousserais encore si j’avais fumé autant dans une même vie!). Évidement je m’entête aussi à ne pas aller à l’hôpital parce que « ça va passer tout seul, voir que je vais aller niaiser à l’urgence parce que je tousse! », mais si ça ne passe pas je n’aurai pas vraiment le choix. Le comble du malheur c’est que ça ne voudra même pas dire 17-18h de tricot tranquille dans une salle d’attente bondée de monde qui sont malades (plus et moins que moi), non… ici il n’y en a pas d’attente!

Souvenez-vous, quand Monstre#2 m’a écorché la rétine, le personnel s’excusait de m’avoir fait attendre à peine deux heures. Mais je n’aime pas ça les cliniques/hôpitaux alors j’évite au mieux de mes capacités… à suivre!

Pour en revenir à un sujet beaucoup plus agréable que ma propension actuelle à expulser un poumon par voie orale, j’ai dû défaire un bon 25 centimètres de la robe quasiment terminée. Avec ce genre d’exercice vient le stress accru de ne pas être en mesure de récupérer mes mailles de façon adéquate et de me retrouver avec un problème encore plus difficile à régler que le bon pouce de largeur manquant au haut du corps de mon ouvrage.

Respirez profondément et sans craintes, en sachant que je vous envie de pouvoir le faire, j’ai réussi l’exploit et le tricot se porte bien. D’ailleurs il doit me rester un 7 ou 8 pouces à faire avant de l’avoir bel et bien terminé!


Cette fois, s’il ne fait pas, je démissionne!

Dans un autre ordre d’idées, hier soir PapaMonstre et moi avons terminé d’emballer les petits cadeaux qui seront offerts aux intervenants de la vie de Monstres#1 et de Monstre#2. Il ne me reste qu’une fournée de biscuits à faire et le tour sera joué.



Il faut avouer qu’ils ont quand même de la gueule mes paquets!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire