11/10/2011

C'est quoi ça la "solidarité féminine"?

C'est en lisant ce billet que j'en suis venue à cette conclusion. Juste en lisant les commentaires en réponse à ce billet portant sur la rivalité entre les mamans à la maison et celles qui travaillent, on réalise à quel point nous les filles (parce qu'honnêtement, si nous étions un peu plus "femme" on ne se déchireraient pas comme ça pour des niaiseries...)on aime ça se chicaner entre nous.

Un sujet chaud, il n'y a pas de doutes! Ce qui est triste c'est surtout que ce sont encore nous, les femmes, qui s'entre déchirons sans aucuns scrupules. Ce n'est pas étonnant que les jeunes filles se traitent de tous les noms dès le primaire. C’est à croire que toute la notion de solidarité féminine n’est qu’un mythe…

Les mamans qui travaillent se sentent souvent agressées par celles qui ne travaillent pas, et celles qui sont à la maison se sentent souvent rabaissées par celles qui travaillent. C’est un débat stérile, mais nous n’y pouvons rien, on s’y enfonce invariablement. Pourquoi? Parce que nous avons besoin de nous sentir valorisée dans notre choix, peu importe ce choix.

Je n’ai pas de roches à lancer, mais quand je lis un commentaire comme quoi être maman à la maison ce n’est pas un travail, ça laisse au minimum 40 heures de plus à l’épanouissement personnel… ouf il est fort le jugement. À ce compte-là, est-ce que les éducatrices en garderies font réellement un métier? Parce qu’elles passent leurs journées à changer des couches et à jouer avec des enfants elles aussi… et elles doivent faire le ménage de leurs locaux… Les femmes de ménage, elles font un métier elles? Parce qu’elles passent leurs journées à nettoyer… les cuisinières elles… bref vous voyez ou je veux en venir?

En clair, oui les mamans à la maison ont un beau 40 heures minimum de plus dans leur maison avec leurs enfants. Mais dans la plupart des cas on est vraiment loin de cette idée complètement farfelue selon laquelle ces mamans ont tout le temps du monde pour se frotter le nombril… surtout lorsqu’elles ont des enfants en bas âge. Après tout, comme l’éducatrice de garderie doit s’occuper des enfants de son groupe, la maman doit s’occuper de sa marmaille… et c’est souvent pas mal incompatible avec les belles grandes activités d’épanouissement personnel. Oui ce sont ses propres enfants, mais ce n’est pas moins demandant pour autant!

Non, être maman ce n’est pas un métier, mais c’est une occupation qui génère son lot de responsabilités au même titre que n’importe quel autre emploi. Autant je n’ai pas l’impression que mes amies mamans qui travaillent se reposent à longueur de journée pendant que leurs enfants sont à la garderie, autant ces mêmes amies n’ont pas l’impression que je passe mes journées à regarder la télévision en me grattant les fesses. Oui, présentement je suis maman à la maison. Oui, on a moins d’argent que si je travaillais, surtout que c’est moi qui ait le métier le plus payant des deux. Mais je n’en ai pas trouvé d’emploi alors que mon conjoint en a un alors je suis à la maison avec ma fille. Ça veut dire que je joue aux poupées, que je lis des livres de Dora (ahhhhhhhhhhhh au secour) et que je fais mon gros possible dans la maison… et mon chum aussi.

Je ne suis pas moins fatiguée que l’éducatrice de la garderie qui termine sa journée, lorsque mon chum arrive du boulot j’ai besoin d’aide, j’ai besoin d’un break… Oui, les jeunes enfants font la sieste (quand on a des enfants parfaits ça aide, le reste du temps les siestes de 15 minutes ce n’est pas vraiment reposant pour un parent bon). Elle fait un métier cette éducatrice alors on ne lui reproche pas d’avoir besoin d’un peu de temps pour décompresser le soir quand elle rentre et qu’elle a ses propres enfants qui ont besoin d’elle… pourquoi est-ce que moi je devrais vivre avec le jugement que j’ai passé ma journée chez nous avec ma fille donc je dois être ben moins épuisée qu’une autre qui a travaillée à l’extérieur?

Honnêtement, que les mamans travaillent ou non, qu’est-ce que ça change? Elles font ce qu’elles veulent de leur vie, les autres aussi… pour autant que ça soit réellement un CHOIX et pas une imposition (par le conjoint ou par elles-mêmes) et qu’elles soient heureuses… que les enfants soient biens etc. Ça ne m’enlève absolument rien à moi! Et qu’est-ce que ça enlève aux autres que je sois à la maison avec mes enfants… ce n’est pas plus dégradant que le travail d’éducatrice de garderie et le paiement se fait en échange du salaire du conjoint qui travaille la tête tranquille en sachant que les enfants sont en sécurité…

Les filles, si nous passions moins de temps à nous chamailler on aurait peut-être une chance que NOS filles comprennent qu’elles n’ont pas besoin de se détester entre-elles parce qu’elles sont différentes… C'est bien beau de ne pas être trop centrée sur son nombril, mais pourquoi aller mettre son nez là où il ne devrait pas être... c'est-à-dire dans les choix privés des autres qui sont sans aucuns impacts sur votre vie à vous?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire