6/22/2011

Jouer dehors...

Qu'est-ce qu'on fait avec les enfants quand on est en recherche d'emploi? Et bien ici, jouer dehors est un must... le problème c'est que si j'attirais les moustiques quand j'habitais Montréal et bien maintenant on peut les entendre charger à des kilomètres à la ronde quand je mets un orteil dehors.

Il y a quelques semaines je me suis fait piquée à un tel point que j'en ai encore le cou enflé. L'avantage c'est que je suis un genre de paratonnerre à moustique et que les enfants s'en tirent très bien, eux.

Malheureusement, ça veut aussi dire que je ne suis pas très portée à profiter de la cour et de la balançoire avec les enfants. C'est d'autant plus triste qu'il fait un soleil radieux depuis quelques jours et que l'on n'en profite pas assez parce que je n'ai pas encore mon habit d'apicultrice...

Blagues à part, c'est bien agréable de sortir respirer l'air pur de la campagne (surtout quand le voisin n'a pas encore épandue le fumier dans ses champs). Les papillons s'en donne déjà à coeur joie et ma fille s'amuse à faire de beaux bouquets de pissenlits et si je ne les enlevais pas en ville alors vous pouvez bien imaginer mon degré de motivation à faire le tour de mon terrain pour les enlever ici...

Ce qui est le plus agréable? Entendre les différentes espèces d'oiseaux chanter plus que le bruit des automobiles, avoir le vent du large qui atténue la chaleur du soleil et regarder ma fille qui gambade dans l’herbe en criant « Tracteuuuuuuuuuurrrrr ».



Mais, pour en revenir au choc culturel, ce qui est assez surprenant les premiers temps, c’est ce spectacle:



Dites-vous que mon terrain se termine au bout de la clôture blanche et plus ou moins 2 pied  derrière le cabanon (on ne voit pas la clôture qui, pourtant, se poursuit derrière le cabanon aussi)… on aurait pas vu ça quand on habitait Montréal! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire